Comment débuter un business au Sénégal ?

business sénégal

Vous aimeriez créer une entreprise au Sénégal mais vous ne savez pas par où commencer ? Vous êtes au bon endroit. Le Sénégal est actuellement l’un des dix pays les plus compétitifs d’Afrique subsaharienne et son gouvernement vise un taux de croissance de 7% dans un proche avenir. Il s’agit donc d’un pays très propice pour démarrer un business. Dans les lignes qui suivent, nous vous disons comment débuter un business au Sénégal.

Comment commencer un business au Sénégal ?

L’entité publique chargée de créer des entreprises est l’Agence Nationale de Promotion des Investissements et des Grands Travaux (APIX). Cette entité met à la disposition de tous ceux qui souhaitent créer une entreprise un guichet unique appelé Bureau d’appui à la Création d’Entreprise (BCE). C’est cet organe qui effectue toutes les démarches nécessaires dans un délai compris entre 24 heures et 48 heures.

débuter un business au Sénégal

Le mécanisme de fonctionnement est similaire à ceux existant dans d’autres guichets uniques qui dépendent du Centre de Facilitation des Procédures Administratives (CFPA). Il est composé de différents agents des administrations publiques. On y trouve des secrétaires judiciaires du Ministère de la Justice qui est chargé du Registre du Commerce et du Crédit Mobilier (RCCM).

Des statisticiens de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie interviennent également dans le processus. Ils sont en charge des démarches d’obtention du Numéro National d’Identification des Entreprises et des Associations (NINEA). Des inspecteurs du travail de l’Inspection du travail sont chargés de la déclaration d’ouverture, tandis que les inspecteurs des Impôts du Ministère des Finances sont chargés de l’enregistrement des statuts.

Une série de démarches doivent être effectuées avant de se rendre à la BCE. Vous devrez obtenir un extrait de casier judiciaire délivré par les autorités compétentes, précisant qu’il s’agit de la constitution d’une société.

Vous devrez également établir des contacts avec un notaire pour la création des statuts de la société et le paiement du capital social. Vous pouvez le faire soit en déposant l’argent sur un compte bancaire d’une entité nationale, soit dans la comptabilité du notaire. Chaque notaire fixe ses propres frais pour le traitement de ces documents.

Une fois traitées, elles doivent être soumises à la BCE avec la documentation nécessaire pour chaque type d’entreprise. Le processus de création d’entreprise ne commence que lorsque tous les documents sont complets. Les investisseurs peuvent glaner des informations utiles sur ce site d’actualité par et pour la jeunesse entrepreneuriale.

Quels types d’entreprises pouvez-vous créer au Sénégal ?

Vous pouvez créer 4 types d’entreprises au Sénégal :

  • l’entreprise individuelle : aucun capital minimum n’est requis pour démarrer l’activité. Comme point négatif, l’accès au crédit est difficile pour une entreprise individuelle. Les frais d’inscription varient de 25000 FCA à 10000 FCA.
  • la Société à Responsabilité Limitée (SARL) : le capital social requis est de 1 million de FCA divisible en actions. Obligation est faite d’avoir une charte. Les frais de constitution sont très élevés et les associés ne peuvent céder librement leurs actions. Le droit d’enregistrement est 25000 FCA plus 1% du capital social.
  • la Société Anonyme : le capital requis est de 1 million de FCA. Il est divisible en actions d’une valeur égale ou supérieure à 5000 FCA. Les frais de constitution sont d’environ 40 % du capital. Les services d’un notaire sont requis.
  • les groupements d’Intérêt Economique (GIE) : ils ont pour objet de fournir les moyens nécessaires pour faciliter le développement de l’activité économique des membres, en augmentant le résultat de leurs activités. Ils sont administrés par une ou plusieurs personnes physiques ou morales. Ce type d’entreprise peut être créé sans capital social, mais les membres de ce groupement doivent avoir leur propre activité puisqu’il n’y a pas de répartition des bénéfices. Les frais de constitution sont de 29000 CFA (taxe d’enregistrement) et de 10000 CFA pour la protection du nom commercial par l’Organisation Africaine Propriété intellectuelle (OMPI).

Quels avantages y-a-t-il à démarrer une entreprise au Sénégal ?

Le Sénégal offre une série d’avantages liés à sa situation géographique. C’est un point d’entrée stratégique dans la région de l’Afrique de l’Ouest. Sa stabilité politique et économique, combinée à une croissance soutenue ces dernières années, en font un endroit stratégique pour investir. Tous ces atouts sont renforcés par la récente découverte d’hydrocarbures dans le nord du pays.

C’est un pays avec une bonne ouverture internationale et une économie de plus en plus libéralisée. Le Sénégal est plongé dans un processus de développement croissant impulsé par le Plan Sénégal Emergent (PSE). C’est un programme ambitieux visant à promouvoir les infrastructures dans des secteurs clés et à attirer les investissements.

Le Sénégal offre aux investisseurs de tous horizons un environnement commercial favorable en constante amélioration. Le pays dispose de nombreuses incitations à l’investissement et des avantages en termes de coûts. Il offre également un accès aux matières premières présentes dans le pays, telles que l’or, les phosphates, le fer, ainsi que les produits agricoles et halieutiques.

Tourisme au Sénégal

Quels sont les secteurs les plus propices aux investissements ?

Il existe des opportunités d’investissement dans divers secteurs sur lesquels le Gouvernement sénégalais a concentré son attention, dans le cadre du PSE. Par exemple, l’électrification des régions rurales du pays est encouragée. En outre, il y a des secteurs prioritaires comme :

  • les énergies renouvelables
  • l’agriculture
  • la pêche
  • le logement
  • les transports
  • les infrastructures (port, aéroport et chemin de fer)
  • le tourisme et l’industrie culturelle
  • les industries textiles
  • la santé
  • la maintenance des équipements industriels
  • les services TIC

Ces secteurs présentent des opportunités et bénéficient également d’exemptions et d’incitations gouvernementales.

Par rapport au commerce des marchandises, les produits qui présentent le plus d’intérêt concernent le secteur agro-alimentaire, tant les produits finis que les équipements industriels pour leur transformation. Le besoin en équipements industriels orientés vers des secteurs, tels que la construction et les industries manufacturières, est également élevé.

Il y a aussi de la place dans le secteur des services. Il est en plein essor, quoiqu’il existe encore des lacunes dans certains sous-secteurs comme l’ingénierie, le conseil, la logistique, etc.

Comment fonctionne le régime des marchés publics au Sénégal ?

Le nouveau Code des marchés publics de 2014 a tenté d’accroître la transparence des processus d’appel d’offres. Il vise notamment à éliminer les attributions directes, à favoriser l’égalité entre les candidats et à améliorer la publicité des appels d’offres.

La réforme a également affecté la structure des autorités de gestion, puisque chaque ministère, agence ou entreprise d’État dispose désormais de sa propre commission d’examen et d’analyse des offres et de passation des marchés, ce qui implique une responsabilisation accrue de chaque agent.

Les phases des processus d’appel d’offres (ouverture des offres, évaluation, publication provisoire et définitive, etc.) sont similaires à celles des pays développés. Les appels d’offres en cours peuvent être consultés sur la page Marchés Publics du Gouvernement du Sénégal, où ils sont publiés quel que soit le maître d’ouvrage.

Laisser un commentaire