Couple et compte commun : comment le gérer sans disputes ?

compte joint

J’ai reçu une question très intéressante d’une lectrice me demandant d’écrire un article sur la meilleure façon de gérer un compte joint (ou compte commun) en couple.
(Comme elle, posez-moi aussi vos questions, c’est un plaisir et je tenterai d’y répondre au mieux)


Jusqu’ici, Mathilde et son conjoint avaient chacun leur compte personnel sur lequel étaient virés leurs salaires. Mais, leurs salaires étant très différents, ils trouvaient difficile de parvenir à un partage équitable des dépenses.





 

La question


« Nous avons récemment changé de fonctionnement, me dit-elle, avec un seul compte courant commun sur lequel tombent nos deux salaires et duquel partent toutes les dépenses: fixes et occasionnelles.

Mais j’ai l’impression que nous gérons très mal.
En effet, avant chacun savait exactement ce qui lui restait sur son compte de disponible pour les petites dépenses en plus, comme un vêtement, un cinéma entre copines ou autre.
Mais là, on ne sait plus car on ne sait pas forcément en temps réel ce que l’autre a dépensé. Nous avons un budget sous excel mais pourtant on n’arrive pas à gérer correctement, chacun reprochant à l’autre de trop dépenser.
Peut-être pourrais tu proposer un article sur les comptes communs et comment gérer au mieux à deux un seul et même budget? »







Voici ma réponse :


J’aime cette question car mon mari et moi fonctionnons aussi avec un compte joint. La différence avec Mathilde, c’est que nous n’avons qu’un seul revenu. Mais la question reste la même : il s’agit de gérer à deux un seul budget.


Le maître-mot avec un compte joint, c’est la concertation : il faut pouvoir s’accorder sur ce qu’on va dépenser, comment et quand on le fera.
Il y a sûrement différentes façon de gérer ce type de compte, mais je vais ici vous expliquer la nôtre, car elle fonctionne bien.







Tout d’abord, la gestion avec un compte joint obéit à un état d’esprit différent de la gestion avec des comptes séparés. Je pense que le compte joint est le mieux adapté pour les couples qui considèrent que tous les revenus du couple vont dans un pot commun qui appartient autant à l’un qu’à l’autre, malgré les différences de salaires.
Or, avec des comptes individuels, on considère souvent que chacun est propriétaire de ses revenus. Si on passe au compte joint, il faut donc changer ensemble de vision des choses, à défaut de quoi on risque quelques crispations.
Cela implique non seulement d’être prêt à partager ses revenus, mais aussi d’oser se faire plaisir avec l’argent commun (si les finances le permettent, et en accord avec son conjoint bien sûr).


Les principes à respecter, à mon sens, pour garder des finances saines avec un compte joint


Répertorier toutes les dépenses du mois dans un fichier excel, ou dans un logiciel prévu à cet effet

comme le fait déjà Mathilde, pour se rendre compte des sommes réellement dépensées dans chaque poste de dépenses (courses, loisirs, vêtements, etc.).
On a souvent des surprises lorsqu’on se met à compter précisément, car on a tendance à sous évaluer nos dépenses.


Décider en couple d’un budget à octroyer à chaque poste de dépenses

et tout faire pour le respecter. Le budget doit être adapté aux besoins de la famille et peut être modifié au fil du temps au gré de l’évolution de la situation.


Décider d’un budget « épargne ».

Le montant épargné doit d’abord servir à se constituer une épargne de sécurité de quelques mois de salaire pour parer aux imprévus, puis le reste pourra être réparti ou non entre chaque conjoint. Je rappelle qu’il faut toujours avoir au moins une épargne de sécurité disponible en cas de pépin.

Je pense que le budget « épargne » fait partie des plus importants et devrait passer avant les postes plus superficiels comme les loisirs ou vêtements. Ce « matelas de sécurité » peut vous éviter de tomber dans l’engrenage des crédits à la consommation, qui mène au surendettement. S’il faut choisir, on peut toujours trouver des loisirs gratuits ou presque, des vêtements moins chers (ou moins nombreux), etc.
Par contre, lorsqu’on arrive à dégager une épargne satisfaisante, il est important de prévoir aussi un budget plaisir.


Tenir les comptes régulièrement

(pas forcément chaque jour mais au moins une ou deux fois par semaine) et informer l’autre des dépenses faites si elles sont significatives (voire lui demander à l’avance si cela rentre dans le budget).
Comme c’est moi qui tiens les comptes, mon mari me demande souvent s’il peut faire telle ou telle dépense au regard de nos finances. Et moi, je lui dis chaque mois combien je mets de côté et quelles dépenses importantes je prévois.
Je vous offre mon tableau Excel pour faire ses comptes à télécharger gratuitement.


Celui qui tient les comptes doit faire part à son conjoint du montant restant à dépenser dans les postes « à risque de dépassement »

(vêtements, restaurant, etc.).
Tenir les comptes ne doit pas donner un pouvoir sur l’autre, ce n’est qu’un rôle qui contribue à la bonne gestion des finances.
Chaque couple n’aura pas les même postes « à risque », chez nous par exemple, ce sont les achats plaisir à la supérette du coin, ainsi que les sorties au restaurant.

Il faut fonctionner sur le mode du partenariat : chacun est autant responsable que l’autre des finances de la famille.
Ainsi, chacun doit être raisonnable et capable de respecter le budget décidé en couple, et éventuellement, de ne pas faire une dépense s’il ne reste pas assez d’argent.
On entend souvent l’argument « j’ai bien le droit de me faire plaisir ». C’est vrai qu’il est important de pouvoir se faire plaisir, mais seulement si les finances sont bien gérées. Tant que l’on n’arrive pas à dégager d’épargne, il vaut mieux privilégier les loisirs gratuits.


Octroyer à chacun un budget « loisirs » qu’il pourra utiliser sans rendre de comptes

(mais sans le dépasser). Evidemment, ce budget ne peut exister qu’à condition qu’il reste de l’argent après paiement de toutes les dépenses obligatoires et de l’épargne du mois.


Pour dégager un peu d’argent disponible pour ce budget loisirs personnel, on peut jouer sur certaines dépenses faciles à réduire et qui, sans y paraître, représentent une belle somme d’argent sur l’année :
– assurances (en faisant régulièrement jouer la concurrence) : Comparez les tarifs des assureurs avec ce comparateur
– frais bancaires (en se tournant vers les banques en ligne gratuites)
– téléphonie mobile, etc.


Avez-vous d’autres conseils à donner à Mathilde pour une bonne gestion de leur compte commun ?

28 réflexions sur “Couple et compte commun : comment le gérer sans disputes ?”

  1. Gwen de moins-cest-mieux.com

    salut Aurore,
    même si nous avons la même vision du compte joint et la même utilisation j’avoue que parfois j’y vois de petits inconvénients par exemple quand je veux faire un cadeau et masquer le prix…
    Pour des personnes naturellements raisonnables et en phases, le mode « pot commun  » est indéniablement le plus pratique (c’est mon mode, mon salaire est double de celui de mon épouse).
    Pour Mathilde, pourquoi ne pas s’ouvrir 2 comptes gratuits en ligne histoire de virer un « argent de poche »: pas de risque de dépasser car on a la vue de ce compte (comme son ancien fonctionnement). Pas de complexe vis-a-vis de l’autre. Facilité de gestion du compte commun.

    1. Salut Gwen, c’est vrai que c’est un inconvénient (léger) de ne pas pouvoir faire de cadeau sans que le prix apparaisse.
      Sinon, tout à fait d’accord avec toi. Bonne idée pour les comptes gratuits.

  2. Bonjour,
    Je vous fais de mon expérience:
    Nous avons gardé chacun notre compte bancaire sur lequel est versé respectivement notre salaire et nous avons ouvert un compte joint qui est utilisé pour toutes ls dépenses de la « famille ». En début de chaque mois j’effectue les versements sur le compte joint et sur le livret A qui sert pour l’épargne de précaution et le fond de roulement. Je laisse sur chaque compte la même somme qui correspond à notre argent de poche comme le suggère Gwen. Chez nous c’est moi qui assure le suivi du budget avec une entière confiance de mon conjoint.
    En ce qui concerne nos comptes personnels nous avons chacun procuration et possibilité de consultation.
    Petite précision tous les comptes et les livrets sont dans la même banque.
    Béatrice

    1. Bonjour Béatrice et merci d’avoir partagé votre expérience.
      Ca me semble une très bonne idée pour traiter les deux conjoints à égalité malgré des salaires sûrement différents.

    2. C’est exactement comme ça que nous procédons. Nous avons aussi un compte joint épargne qui sert de fond de roulement. On met toutes les charges fixes sur le compte joint, on a lissé les dépenses sur l’année. Si on dépasse le budget des charges fixes, chacun rajoute un peu de son côté. Miracle, depuis ce système, on ne se dispute plus du tout sur ce sujet 🙂

  3. Bonjour Aurore,
    Ma femme et moi-même sommes passés au compte commun il y a plusieurs années, et effectivement, nous considérons celui-ci comme un pot commun. Les postes de dépenses sont tous identifiés dans un fichier partagé sur Google Drive, et nous disposons tous les 2 d’une petite application nous permettant de suivre les comptes.

    A côté de cela, je rejoins le commentaire de Gwen sur les cadeaux et autres petites attentions. Pour ma part, j’ai en plus du compte commun un compte en ligne que j’utilise pour les surprises et autres, en ayant mis quelques argents sur ce dernier au fil du temps histoire de ne pas éveiller les soupçons! 🙂

    1. Bonjour Squatte,
      Contente de voir que ma vision du pot commun est autant partagée 😉
      J’aime bien votre fonctionnement permettant à chacun de visualiser l’état des comptes à tout moment. J’imagine que ça permet à chacun de se sentir autant impliqué dans la gestion du budget.
      Sinon pour le compte supplémentaire alimenté « en douce », c’est une idée !

  4. Merci Aurore pour cet article et toutes les suggestions des lecteurs!
    L’idée d’ouvrir chacun un compte banque en ligne est plutôt bonne. On virerait dessus la somme prévue sous le terme « divers » dans notre budget, divisée en deux bien sur.
    Pour mon mari, qui gagne trois plus que moi et à l’impression d’assumer déjà presque seul le foyer, il semble injuste de ne pas pouvoir se faire plaisir à hauteur de son salaire effectif. La vision  » pot commun » n’est pas encore totalement assimilée ! Mais ça va venir, ça ne fait que 3 mois 😉

    1. Salut Mathilde,

      J’espère que tu auras trouvé ici des pistes pour améliorer votre gestion !
      Eh oui je comprends que ton mari ait un peu de mal à passer au pot commun si ce changement est récent. Bon courage et surtout discutez-en, vous trouverez votre façon de fonctionner bien à vous.

  5. Bonjour,
    nous utilisons également un compte joint.
    A la seule différence, que nous avons tout les 2 des comptes persos sur lequel nos salaires arrivent.
    Le compte joint est utilisé uniquement pour les dépenses. Nous alimentons le compte mensuellement au prorata des revenus.
    Concernant les dépenses, il n’y a guère de surprise, puisque le compte joint concerne les dépenses communes, donc assez constante.
    Après à chaque couple de trouver la méthode lui convenant le mieux, et pour cela, totalement d’accord avec Aurore, il faut communiquer!

    1. Tout à fait d’accord avec toi David, chaque couple doit trouver sa propre façon de fonctionner. Après tout, le pot commun ne convient pas non plus à toutes les situations.

    2. après il faut se mettre d’accord sur ce que l’on considère comme « dépenses communes ». Avant, on fonctionnait comme toi, les dépenses communes qui partaient du compte commun était impôt, loyer…
      Mais j’étais en charge de toutes les courses, les frais pour notre fils (médecins, vêtements…) et je me retrouvais à dépenser plus que mon mari qui gagne trois fois plus que moi! Lui me disais de prendre sur le compte commun, mais comme ce dernier n’était pas alimenté régulièrement en conséquence, on passait notre temps à faire des comptes d’apothicaire et des virements dans tous les sens…
      Et nous n’avions pas de carte bleue du compte commun ce qui ne facilitait pas les choses.
      Bref… Ce nouveau fonctionnement ne semble pas mieux fonctionner, c’est peut-être que nous avons un pb plus global avec l’argent 😉

  6. Personnellement, il est hors de question que j’ai un compte commun. Je tiens beaucoup trop à mon indépendance financière. Je préfère de loin partager les frais avec des comptes séparés.

    1. Mais si un jour vous vous mariez sous le régime légal, de toute manière l’argent sera considéré commun, quel que soit le compte sur lequel il atterrit.

      En tout cas pour avoir un compte commun, il est certain qu’il faut avoir confiance en l’autre.

      1. Il est possible de faire un contrat de mariage. Donc l’argent ne sera pas forcément commun. De toute manière je suis contre le mariage et tout autre contrat similaire (PACS par exemple). Jamais je ne me marierai. Donc le problème est réglé dans mon cas. 🙂

        Je ne suis pas de ceux qui ont une confiance aveugle. De plus, confiance ou pas, c’est mon argent. C’est moi qui travaille pour l’avoir donc hors de question qu’une personne prennent des décisions à ma place pour cela.

        1. Ne le prenez pas mal, mais quand je lis ça, je suis bien heureuse d’avoir trouvé mon mari. Un saint homme, assurément !
          C’est vraiment triste de voir autant de jeunes hommes refuser catégoriquement de s’engager, comme si toutes les femmes étaient des sangsues qui n’attendaient que de pouvoir les plumer. 🙁

          1. Cela n’a rien à voir. Pour moi le mariage n’est qu’un contrat financier, rien de plus. Cela n’a rien à voir avec l’amour à mes yeux. Je fais une nette distinction entre amour et argent. Donc tout lien financier inutile n’a pas sa place dans ma vie. D’ailleurs, mes parents ne sont pas mariés et ce n’est pas pour autant qu’ils ne se sont pas engagés l’un envers l’autre. C’est juste une façon différence de concevoir les relations, moins institutionnalisée peut être.

  7. Oui c’et vrai, on peut s’engager l’un envers l’autre sans passer par la case mariage.

    Mais revenons à la question du compte commun.

    Comment ça se passerait pour toi Stochastique si tu partageais ta vie avec qqn, vivant sous le même toit, etc, si l’autre personne gagne moins que toi ou au contraire plus que toi.
    Celui qui gagne le plus peut donc se faire des petits plaisirs avec son argent alors que l’autre doit se contenter de ses maigres revenus et regarder l’autre profiter?
    Ou tu considères que celui qui gagne le plus en fait profiter tout le monde?
    Et dans ce cas, celui qui gagne le moins doit quémander quand il/elle a besoin de qqch mais ne peut pas se le permettre?
    J’aimerais que tu m’expliques en peu le fonctionnement que tu envisages ou expérimentes d’ores et déjà, ton point de vue m’intéresse.
    En effet, avant avec mon mari comme je l’ai dit plus haut, on avait chacun un compte et le commun ne transitait que l’argent du loyer, des charges communes… ce que je trouvais vraiment injuste et nous conduisait à des comptes d’apothicaires.

    1. J’ai une conception du couple assez particulière, très indépendante. Comme dit précédemment, je fais une nette distinction entre amour et argent. En amour, à mon sens, l’important est avant tout d’être ensemble de partager des moments. Ce n’est pas la fusion complète mais un partage d’une PARTIE de ma vie avec quelqu’un, deux personnes INDÉPENDANTES l’une de l’autre qui partagent des moments entre eux pour une durée indéfinie. C’est tout. Bref, quelque chose de très simple en somme.

      Pour ce qui est des charges communes, l’idéal est de payer proportionnellement à son revenu en répartissant les charges pour chacun (toi tu payes ça, moi je paye ça) mais avec des comptes séparés. Après si l’un paye un peu plus que l’autre ce n’est pas non plus dramatique. Vouloir la strict proportionnalité est souvent illusoire de toute manière.

      Pour le reste oui, si je gagne plus, j’en profiterai plus et inversement si c’est l’autre qui gagne plus. Je ne me mets pas avec quelqu’un en regardant son portefeuille et je n’apprécierais certainement pas que l’on me dise ce que je peux faire de mon argent et comment je dois le dépenser pour ne pas vexer la personne avec qui je suis. Si pour elle être avec moi signifie également profiter de mon argent si elle gagne moins, qu’elle aille voir ailleurs. Ce n’est pas ma conception des choses. Inversement, si c’est elle qui gagne plus je ne lui dirai jamais comment gérer son argent et ne lui ferait jamais ressentir de gène de l’utiliser comme elle le souhaite.

      Il n’est donc pas question de quémander ou pas. Ce genre de questionnement ne se pose même pas. Si nous étions pas ensemble elle ne pourrait pas non plus se le permettre. Ce n’est pas parce qu’elle est avec moi qu’elle peut se le permettre davantage. C’est avec moi qu’elle est, pas avec mon argent.

      Après, cela ne signifie pas que l’on ne peut pas faire plaisir à l’autre de temps en temps. Mais cela ne doit pas être un dû, une obligation implicite ou explicite.

      De toute manière, je suis une personne très indépendante. Je ne veux aucun lien financier quel qu’il soit avec une personne. Cela va du compte commun en passant par le mariage, la colocation / la maison payée à deux ou même des enfants.

      1. OK, c’est très individualiste mais pourquoi pas, chacun sa façon de voir les choses, tant que tu trouves quelqu’un à qui ça convient (c’est là que je suis dubitative).
        Mais, je trouve que l’argent fait presque l’objet d’une « obsession » dans l’histoire, non ? Alors que ce n’est qu’un moyen d’obtenir la vie que l’on souhaite.
        Ca me fait penser à l’Avare de Molière : « Ma cassette !! ». Ca me fait aussi penser à une féministe qui ne voulait pas faire à manger à ses enfants parce qu’elle n’était « pas là pour ça, pour qui tu me prends ? ». Bref, l’amour c’est aussi un don de soi, à tous les niveaux. Dans ta conception, il n’y a pas de partage (à part des moments, mais franchement à part des vieilles femmes dégoûtées du mariage, qui aurait envie de ne passer que des « moments » sans rien construire ?).
        Je me demande quand même comment ça peut fonctionner au quotidien quand les différences de revenus sont importantes : les vacances au camping parce que ta chérie ne pourra pas payer sa part pour aller aux Bahamas… etc.

        1. Je dépense bien souvent plus pour les autres que pour moi même. Je ne pense pas que cela corresponde à la définition d’une personne individualiste et avare.

          1. Non, c’est ta façon d’envisager les relations de couple qui peut sembler individualiste, ce qui ne veut pas dire que ta personne entière est individualiste. Quant à l’Avare, j’ai juste cité le nom de la pièce, ce n’est pas toi que je traite d’avare.

Laisser un commentaire