apprendre à lire

Apprendre à lire à son enfant : pourquoi c’est important

Apprendre à lire à son enfant, quel intérêt, allez-vous me dire, puisque l’école est là pour ça ? “Ce n’est pas mon job”, disent certains, “chacun son travail”.

Comme à peu près tout le monde, vous voulez que vos enfants réussissent, n’est-ce pas ?

Et vous n’avez pas envie de devoir payer un orthophoniste pour leur réapprendre à lire avec les “bonnes méthodes”. Vous ne voulez pas non plus que votre enfant devienne “dyslexique”.

Alors ne faites pas confiance aveuglément, même aux professionnels de l’enseignement. Renseignez-vous.





Je vais vous montrer pourquoi l’enseignement de la lecture à l’école est plutôt catastrophique, et ce que vous pouvez faire pour aider vos enfants à réussir.

Vous trouverez aussi dans cet article deux vidéos. L’une démontre, preuves scientifiques à l’appui, que la méthode utilisée à l’école est mauvaise. L’autre est celle d’un papa qui explique comment et pourquoi il apprend à lire à sa fille lui-même.

 

Mêlez-vous de l’instruction de vos enfants




Pourquoi apprendre à lire à son enfant ?

 

Je ne suis pas la seule à penser que les méthodes actuelles de l’école sont très contestables.

Marc Le Bris, instituteur, en a fait un livre très intéressant : Et vos enfants ne sauront pas lire… ni compter !
Je vous le recommande si vous voulez savoir la vérité sur les méthodes d’apprentissage de la lecture (et autres matières) utilisées à l’école.

Il y a aussi Jean-Paul Brighelli avec son livre Tableau noir. Je vous le recommande aussi.

Voilà, vous avez un peu de lecture pour les prochains jours 😉




Vous doutez toujours ? Saviez-vous que la France compte chaque année 20% d’illettrés entrant en classe de 6ème ?  Cela fait une chance sur 5 pour chaque enfant d’en faire partie, si ses parents ne se penchent pas sur la question.

D’ailleurs, vous avez sûrement constaté vous-même le niveau orthographique des jeunes générations. Je ne me joins pas à ceux qui méprisent les plus jeunes, mais là, c’est un constat qui s’impose à tous. Cet échec est directement lié aux méthodes de lecture globales/semi-globales utilisées dans l’éducation nationale.

dictée fautes

Donc, prenez les devants, instruisez vous-mêmes vos enfants, autant que possible, comme le recommande Marc Le Bris dans son livre. Et cela commence par l’apprentissage de la lecture.

Tout le monde en est capable, qu’on ait fait des études ou non. Si vous savez lire, vous pouvez apprendre à lire à vos enfants.

Pour ne pas faire d’erreurs, il suffira de vous aider d’une méthode (manuel) ayant fait ses preuves (si vous avez la flemme de lire tout l’article, je vous recommande celle-ci ou celle-là).

Il faut utiliser une méthode “syllabique”, qui apprend à l’enfant à déchiffrer le mot syllabe par syllabe. L’école utilise, elle, des méthodes “semi-globales”, où l’enfant apprend à reconnaître la forme des mots. Vous verrez dans cette première vidéo que c’est une catastrophe pour le cerveau.


 

Quand l’école ment aux parents

Je dois vous raconter une petite histoire, qui montre qu’il vaut mieux VOUS faire confiance, que de faire confiance naïvement à l’école.

Quand ma fille était en grande section de maternelle, l’année dernière, j’ai commencé à lui apprendre à lire avec une méthode syllabique, quelques soirs par semaine. Tout simplement parce que je voulais qu’elle apprenne avec une bonne méthode.

Ca marchait bien et rapidement elle est devenue capable de déchiffrer bon nombre de mots.

Puis, en fin de grande section, il y a eu une réunion avec les maîtresses de CP, qui nous ont annoncé que la méthode de lecture utilisée en CP était une méthode syllabique.

Je me suis dit “mince, tout ce travail pour pas grand chose, puisqu’elle va apprendre à lire en CP avec la bonne méthode finalement”.

Il faut avouer que je me suis sentie un peu bête ! J’ai alors lâché du lest sur nos séances de lecture, puisque le CP s’annonçait finalement de bonne qualité.

J’aurais dû me méfier ! Vous allez voir pourquoi…
 

Le mensonge de la maîtresse

Le CP débute, et comme devoirs, ma fille doit lire une page de son manuel de lecture chaque soir. Je suis étonnée, sa lecture est très fluide… alors que d’habitude elle déchiffre encore un peu. Bizarre !

 

mentir mensongeQuelques jours passent, nouvelle réunion avec la maîtresse. Un papa lui demande si la méthode de lecture est véritablement syllabique. Réponse : “oui, oui, c’est une méthode syllabique, enfin, syllabique à départ global, mais bon, c’est du syllabique”.

J’aurais dû m’en douter… la soi-disant méthode syllabique est en fait une méthode semi-globale (semi-global, c’est aussi nul que global). Ignorance ou volonté de mentir aux parents, nous ne le saurons pas.

Quand j’y pense, c’était évident, car depuis la petite section, on leur apprenait à reconnaître (“photographier” dans leur tête) les prénoms de leurs camarades, les jours de la semaine et les mois de l’année. Mais sans leur apprendre à les déchiffrer. Typiquement global.

Je questionne alors ma fille, qui m’explique que la maîtresse leur fait apprendre par coeur les phrases du manuel de lecture, en classe. Voilà pourquoi sa lecture était si fluide ! En fait, le soir, les enfants récitent les phrases au lieu de les lire. Les parents croient que leur enfant apprend bien à lire. Quel leurre !

Pour le coup, j’ai racheté illico la bonne vieille méthode Boscher (je vous en parle plus bas), pour terminer ce que j’avais entrepris l’année dernière. Et je veille à faire au moins deux séances de lecture par semaine avec ma fille, à l’aide de ce livre.

 

Comment apprendre à lire à son enfant ?

 

Quelle méthode de lecture choisir ?

 

La méthode Boscher

Procurez-vous une bonne méthode de lecture syllabique qui a fait ses preuves. Je vous recommande particulièrement la très célèbre méthode Boscher. Le graphisme est peut-être vieillot, mais elle est excellente. C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes ! 😉

C’est un manuel scolaire qui a traversé le 20ème siècle. Il a servi efficacement à l’instruction de nombreuses générations, avant d’être abandonné pour des méthodes “modernes” (avec les résultats que l’on sait). Il s’en vend environ 80 000 exemplaires chaque année, preuve de son succès chez les parents bien informés !

C’est d’ailleurs avec la méthode Boscher que ma mère m’avait appris à lire, avant le CP. Les résultats ont été excellents, et c’est sûrement grâce à cette méthode que j’ai aimé lire et écrire jusqu’aujourd’hui.

Avec cette méthode, vous apprendrez à votre enfant le son de chaque lettre. Il deviendra vite capable de les combiner pour lire des syllabes (b+a=ba), puis de lire des mots entiers, tout naturellement. A raison d’une, deux, ou trois séances de 5 à 10  minutes par semaine, en quelques mois votre enfant saura lire tout seul. Vous trouverez certainement ce temps à lui consacrer.

 

Mico mon petit ours

Si votre enfant n’accroche pas à la méthode Boscher, vous pouvez utilisez la méthode Mico mon petit ours, que j’ai testée avec succès avec ma fille de 5 ans. Elle a l’avantage de raconter de petites histoires avec des personnages attachants. Elle permet à l’enfant de commencer à lire tout de suite de petits mots tout seul, ce qui l’encourage. Elle n’est plus éditée, mais on peut la trouver d’occasion, ou gratuitement sur internet sur cet excellent site. Mico mon petit ours était un manuel scolaire de lecture (syllabique, comme la méthode Boscher) utilisé dans les années 60, c’est donc aussi une valeur sûre.

 

Quand commencer l’apprentissage de la lecture ?

 

apprendre à lireIdéalement, prenez-vous-y un peu avant l’entrée au CP, pourquoi pas pendant les grandes vacances qui précèdent (ou avant s’il le souhaite !).

Ne croyez pas les idioties que l’on raconte pour vous faire peur, vous n’abîmerez pas son cerveau et vous n’irez pas à l’encontre de son développement.

Au contraire, il est idéal d’apprendre à lire avant 6 ans.  C’est un âge où l’enfant apprend très facilement.

Mais les enseignants n’aiment pas trop que l’on marche sur leurs plates-bandes. Pas la peine donc de les en informer, vous risqueriez surtout de récolter de l’opposition.

Vous pouvez utiliser la méthode Boscher pendant l’année de CP si vous voyez que la méthode employée à l’école n’est pas efficace, et que vous avez négligé de le faire avant. Ne croyez pas ceux qui vous racontent que vous allez embrouiller votre enfant avec deux méthodes différentes. Au contraire, la méthode syllabique aidera l’enfant à comprendre enfin le fonctionnement de la lecture.

Votre enfant a dépassé le CP mais a des soucis de lecture ? Reprenez avec lui les bases de la lecture, ça ne pourra que l’aider, là aussi avec le Boscher.

 

 Maintenant c’est à vous !

Vous avez maintenant toutes les informations nécessaires pour faire partie des parents informés.

Une dernière chose !

A votre avis, pourquoi les enfants issus de milieux aisés réussissent mieux que les autres en France ? Parce que leurs parents ont les bonnes informations, et qu’ils savent qu’il est important d’instruire son enfant soi-même à la maison, en plus de l’école.
Ces parents sont suffisamment “armés” pour ne pas faire confiance aveuglément aux “professionnels”. Comme des investisseurs avertis, ils se renseignent, et examinent les informations pour se faire leur propre opinion. Ils ne suivent pas le troupeau.

 

Voici la vidéo d’un papa qui vous explique pourquoi il utilise lui aussi la méthode Boscher, et comment il s’y prend.

Laisser un commentaire