aide à domicile

Une aide à domicile moins chère grâce aux aides et crédits d’impôts

 

Parfois, on aurait bien besoin d’un coup de main pour garder les enfants, faire un peu de ménage ou de jardinage/bricolage chez soi.
On pourrait penser que la prestation va coûter cher, mais ce ne sera pas forcément le cas, notamment grâce au crédit d’impôt qui a été récemment généralisé à tous.
Auparavant, les retraités et les couples dans lesquels l’un gagnait moins de 4000 euros par an n’avaient droit qu’à une réduction d’impôt, ce qui était beaucoup moins intéressant.

L’injustice est maintenant réparée, le crédit d’impôt bénéficie à tous. Et il se cumule avec d’autres aides.
Et pour ceux qui trouvent le poids de l’impôt sur le revenu trop pesant, c’est une bonne façon de réduire son imposition tout en se faisant plaisir (ou aider).
Je vous explique tout ça !




Aide à domicile : crédit ou réduction d’impôt ?

Quelles dépenses d’aide à domicile ouvrent droit à un crédit d’impôt ?

D’après le site officiel de l’administration fiscale (impots.gouv.fr), voici la liste des dépenses donnant droit à un crédit d’impôt de 50% des dépenses engagées :
– Garde d’enfants
– Soutien scolaire
– Assistance aux personnes âgées ou handicapées
– Entretien de la maison et travaux ménagers
– Petits travaux de jardinage
– Prestations de petit bricolage
– Prestations d’assistance informatique, internet et administrative
– Soins et promenades d’animaux de compagnie pour les personnes dépendantes (à l’exception des soins vétérinaires et du toilettage)

Pour faire réaliser ces prestations, on peut employer soi-même l’intervenant, ou passer par un organisme spécialisé dans l’aide à domicile. Par exemple, l’Apef, qui a de nombreuses agences dans la plupart des régions françaises.

 

Comment calculer son crédit d’impôt pour l’emploi d’une aide à domicile ?

 

Avant de calculer votre crédit d’impôt de 50%, vous devrez déduire les éventuelles aides reçues, des sommes que vous avez versées. Oui, car en plus du crédit d’impôt, on peut parfois trouver des aides (de la CAF, du Conseil Général, ou de l’employeur, etc.) qui viennent encore réduire la dépense.  Je vous en parle dans la suite de l’article.

N’oubliez pas de les déduire car vous seriez en infraction en ne le faisant pas.

Le calcul sera donc le suivant : (sommes versées – aides reçues)/2 = montant du crédit d’impôt

Crédit d’impôt ou réduction d’impôt ?

Pourquoi la distinction entre crédit et réduction d’impôt est importante ? Car le crédit d’impôt est plus avantageux.

Un crédit d’impôt réduit vos impôts, et l’excédent éventuel vous est remboursé par le fisc.

Exemple : Vous devez payer 1000 euros d’impôts et vous avez un crédit d’impôt de 1500 euros.

Vous allez donc payer 0 euros d’impôts, et l’administration fiscale vous remboursera en plus les 500 euros restants.
C’est donc très intéressant.





Une réduction d’impôt, c’est un peu le même mécanisme, sauf que le fisc ne vous remboursera pas l’excédent, si la somme de votre réduction d’impôt dépasse le montant de votre impôt.

Exemple : Vous devez payer 1000 euros d’impôts et vous avez un crédit d’impôt de 1500 euros.

Votre impôt sera réduit à 0 comme dans l’exemple précédent, MAIS vous ne serez pas remboursé des 500 euros restants.

Avec la réduction d’impôt, on risque donc de perdre une partie ou la totalité de l’avantage si on est faiblement imposé.

Mais comme je vous l’annonçais, bonne nouvelle ! Désormais, l’aide à domicile ouvre droit à un crédit d’impôt quelque soit la situation du bénéficiaire.

Le site Notre Temps explique tout cela très bien dans un article destiné aux retraités mais instructif pour tout le monde 😉

Si vous n’êtes pas retraité, rassurez-vous, le crédit d’impôt est pour vous aussi 😉

 

Aide à domicile : quelles aides en plus du crédit d’impôt ?

Le complément de libre choix du mode de garde

Versée par la CAF, et en fonction des revenus, le complément de libre choix du mode de garde peut financer jusqu’à 85% du coût de la garde d’enfant.

Nous avons nous-mêmes utilisé ce mécanisme pour la garde d’enfants, qui est cumulable avec le crédit d’impôt. Il faut bien sûr déduire l’aide de la CAF de vos dépenses avant de calculer votre crédit d’impôt, comme expliqué plus haut.

Cela permet donc de faire énormément baisser la facture ! Notez seulement qu’il vous faudra généralement avancer les sommes avant d’obtenir les différentes aides.
Donc un peu d’épargne peut être nécessaire !




 

Les participations des employeurs

Votre employeur peut avoir prévu une aide pour la garde de vos enfants.

En général vous avez plus de chances de bénéficier d’avantages si vous êtes salarié d’une grande boîte avec un bon comité d’entreprise. Mais si vous êtes fonctionnaire d’Etat, sachez que, pour une fois, votre employeur a pensé à vous !

Une aide versée sous forme de chèques emploi service pré-financés peut vous être attribuée pour payer les frais de garde d’enfants. Il s’agit de quelques centaines d’euros par an et par enfant. Une aide bienvenue ! La demande est à faire sur le site https://www.cesu-fonctionpublique.fr/. Il suffit que l’un des parents soit fonctionnaire.

De même, ces aides sont à déduire avant calcul du crédit d’impôt.

L’allocation Personnalisée d’Autonomie (APA)

L’APA est versée par les Conseils Départementaux aux personnes de plus de 60 ans en perte d’autonomie. Sans conditions de revenus, cette aide permet d’améliorer leur maintien à domicile et de financer portage de repas, téléassistance, aide à domicile, etc.  Vous trouverez tous les renseignements nécessaires sur le site officiel suivant : https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/beneficier-daides/les-aides-domicile/lapa-domicile.

 

Cet article est maintenant terminé, j’espère que vous y aurez trouvé de quoi réduire le coût de votre aide à domicile !

Laisser un commentaire