Peut-on être un bon parent sans trop dépenser ?

Peut-on être un bon parent sans trop dépenser ?

Je veux dire, est-ce que plus on dépense pour ses enfants, plus on est un bon parent ? Est-ce que c’est obligatoire pour faire le bien de ses enfants ?





Autour de moi, beaucoup semblent le penser. Sans trop y réfléchir en fait. C’est « la société » qui nous l’a mis dans la tête. Ou plutôt la publicité, parfois aussi le manque de temps à passer avec ses enfants qui nous fait culpabiliser et compenser, et puis la compétition entre parents. Sans oublier les nombreux jugements que l’on subit inévitablement quand on a des enfants.

Il semble obligatoire « d’investir » un maximum pour ses enfants. L’amour se confond avec l’argent.

Bien sûr, on « veut le meilleur pour ses enfants » selon la formule consacrée. Evidemment, en tant que maman, je peux vous le confirmer.

Mais c’est quoi, le meilleur pour nos enfants ? Ca, c’est une question à laquelle il faut réfléchir.

Est-ce que le meilleur, c’est une tonne de cadeaux très chers au pied du sapin, des vêtements tellement nombreux qu’ils débordent des placards, des activités extrascolaires à ne plus avoir de temps libre ?

Tout ça, ça coûte très cher, et est-ce que finalement c’est nécessaire ?

Je dirais, pourquoi pas, chacun ses choix de vie, et si vous avez l’envie et les moyens d’offrir tout cela à vos enfants, c’est OK.

 main bébé

Faire des choix : la sécurité avant les biens matériels

 

Mais je vous vois et je vous lis, vous, qui n’avez pas beaucoup d’argent, qui êtes même souvent à découvert, et qui voulez suivre ce rythme effréné parce qu’on vous a dit de le faire. Vous qui achetez 3, 4 cadeaux de Noël à chacun de vos enfants pour qu’ils ne manquent de rien. Qui prenez sur vous pour payer des activités extrascolaires alors que vos finances sont dans le rouge. Qui épargnez fidèlement quelques dizaines d’euros chaque mois sur les livrets de vos enfants alors que vous n’arrivez pas à créer d’épargne de précaution pour votre famille.

Et je ne veux pas vous juger. Pas du tout. Je vois bien que vous faites tout ça par amour pour vos petits. Mais j’ai envie de vous dire : le plus important pour vos enfants, oui c’est votre amour, mais aussi la sécurité.

Quand je parle de sécurité, je parle de sécurité affective bien sûr, mais aussi de sécurité financière.




 

La sécurité affective

 

La sécurité affective, ça ne dépend pas des choses matérielles. On peut se sentir aimé sans argent. Je sais que ce n’est pas toujours facile de bien aimer nos enfants, de leur montrer notre amour. Je suis bien placée pour le savoir. Une des choses que j’ai apprises depuis que je suis maman, c’est que les parents parfaits ça n’existe pas, moi la première 😉

Mais les objets, les jouets, les vêtements ou les activités, ça ne remplace pas l’amour d’un parent. Ca ne remplace pas le temps passé ensemble.

Et en fait, ce n’est pas obligatoire de payer tout ça à ses enfants. Ils ne seront pas forcément plus heureux. Vous constatez bien vous-mêmes que plus ils ont de cadeaux, moins ils jouent avec. C’est même trop pour leur cerveau.

enfants jouant

 

L’épargne de précaution pour assurer la sécurité matérielle

 

La sécurité matérielle, c’est très important pour un enfant. C’est le fait de ne pas s’inquiéter du lendemain, de ne pas se demander s’il restera quelque chose dans le frigo parce qu’on est le 5 du mois et que ses parents sont déjà à découvert.

Pour avoir vécu ces inquiétudes quand j’étais adolescente, je peux vous dire que la première chose que j’ai faite a été de me créer une épargne de précaution dès que j’ai pu gagner de l’argent.

C’est pourquoi je voudrais vous encourager à privilégier le sentiment de sécurité de vos enfants plutôt que les dépenses pour des choses qui ne combleront pas leur cœur.

Pour cela, créer une épargne de précaution doit être votre priorité. Avant les cadeaux, avant les activités, et avant les livrets A de vos enfants.




 

L’épargne de précaution : comment faire ?

L’épargne de précaution, c’est une somme mise de côté pour les coups durs. 10% de votre salaire, ou 5%, ou ce que vous pouvez, même 1 euro par jour. Il faut idéalement mettre cette somme de côté dès que votre salaire arrive sur votre compte, et pas à la fin du mois quand il ne reste plus rien.

Si vous avez du mal à épargner, essayez le challenge des 52 semaines, un moyen simple de mettre 1378 euros de côté sur 1 an.

Avoir une épargne de précaution permet de ne pas se mettre à découvert si la machine à laver rend l’âme, ou si un souci de santé se présente. Et encore plus, de ne pas avoir à faire un crédit qui se transformera vite en boulet financier qui menacerait la sécurité de votre famille.

boulet

Les crédits conso vous font entrer dans une spirale dangereuse qui peut mener au surendettement. On commence par un crédit, mais la mensualité pèse lourd chaque mois, et un nouveau problème survient. Alors que fait-on ? On en prend un deuxième. On a encore plus de mal à rembourser, on finit par en prendre encore un et ça n’en finit plus.

Pour créer votre épargne de précaution, il vous faudra forcément faire des choix. Pour se créer une situation financière stable, on est obligé de faire des choix, et surtout celui de vivre de manière simple, sans trop consommer.

Parfois, on consomme pour montrer qu’on a les moyens. C’est une erreur. Pour s’enrichir, il faut vivre en dessous de ses moyens, et surtout pas au dessus.

Et il faut expliquer à vos enfants qu’on ne peut pas acheter tout ce qu’on désire. Que si on le fait, alors on n’a plus d’argent pour payer les choses importantes (logement, nourriture, électricité…). C’est important de le leur apprendre.

Vous leur apprendrez ainsi les rudiments d’une bonne gestion financière, indispensable pour leur future vie d’adultes.

En tout cas, c’est ce que j’apprends à mes filles.

cerf volant

Faire des choix et vivre simplement, mode d’emploi

Un seul cadeau suffit à Noël. Une seule activité, ou même aucune, ça va aussi. On peut faire des tas de choses en famille le weekend et pour pas cher. Ce n’est pas parce que tous les copains de classe font des activités que vos enfants doivent absolument en faire aussi cette année.

Epargner pour ses enfants, c’est louable, mais le plus important, c’est d’avoir d’abord une épargne de précaution pour la famille. La priorité c’est d’abord d’avoir une épargne pour maintenant. 

Vos enfants pourront très bien travailler quelques mois l’été pour se payer leur permis. Ca leur fera une expérience très enrichissante. Ce fut mon cas et j’en garde de très bons souvenirs.

Quant aux vêtements, pas besoin non plus d’en avoir des tonnes. Les vêtements coûtent cher. En avoir pour une semaine devrait être suffisant.

J’ai même trouvé sensationnel l’exemple de Marielle Blanchier, cette maman de 13 enfants qui vit à Sceaux, en région parisienne. Elle explique que ses enfants n’ont qu’une seule tenue (plus une pour le dimanche) par souci de commodité. Car gérer les vêtements de 15 personnes demanderait trop de travail s’il y en avait beaucoup. Et ça coûterait aussi trop cher. Les vêtements sont lavés et séchés tous les soirs et remis propres le lendemain. Il s’agit pourtant d’une famille relativement aisée.

Un bel exemple de minimalisme qui nous montre que l’on n’est pas obligé de multiplier les possessions et les dépenses pour nos enfants. Evidemment, les copains de classe sont surpris au début de les voir toujours habillés pareil, mais les petits Blanchier ne se démontent pas et expliquent simplement les choses. Savoir se détacher du regard des autres permet souvent de mieux gérer ses finances.

Au passage, je vous recommande le livre de Marielle Blanchier, dans lequel elle détaille ses motivations et astuces pour gérer une si grande famille sans se ruiner. Je l’ai adoré !

 

Finalement, en ce qui concerne nos enfants comme dans bien d’autres domaines, je dirais qu’il ne faut pas suivre aveuglément les injonctions de la société, mais réfléchir et trouver son propre chemin.

Ne pensez plus que vous deviez absolument dépenser pour rendre vos enfants heureux. Vous pouvez être un bon parent sans trop dépenser. Offrez-leur la sécurité dont ils ont besoin, quitte à réduire un peu ce qui est moins important. Ce faisant, vous leur transmettrez un enseignement précieux pour leur avenir d’adultes.

8 réflexions au sujet de “Peut-on être un bon parent sans trop dépenser ?”

  1. Bonjour,
    offrir des cadeaux à tire larigot à ses enfants est débile. C’est juste obéir à la société de consommation. De même, construire une piscine pour eux.
    Il faut leur apprendre à se débrouiller et se contenter de peu. Leur apprendre à gérer l’argent, à en générer (et aujourd’hui c’est très facile).
    Les gens ne pensent qu’à s’amuser. Mais s’amuser c’est uniquement pour eux de répondre aux sollicitations commerciales.
    Ces gens passent donc leur vie à la gagner. Et ils éduquent leurs enfants à faire la même chose.
    Décidément, les esclaves moutons sont bien éduqués pour faire vivre les mégas riches.
    Mieux vaut apprendre à profiter des moutons en achetant des actions en bourse. Toucher soi-même 5 à 10¨% par an sans rien faire (et peut-être mieux).
    Il faut apprendre aux enfants la valeur travail, savoir apprendre et investir (travailler beaucoup sans gagner beaucoup est aussi inutile sauf pour amorcer la poàmpe).

    • Bonjour Michel,
      Merci pour ton commentaire et ton explication du fonctionnement du « système ». Même si c’est dit de manière un peu abrupte, je partage ta vision des choses.
      A bientôt,
      Aurore

  2. Tout a fait d’accord. Sauf pour le livret A des enfants car je le commence lorsqu’ils sont bébés. Pour l’aîné cela permet de payer les gros dépassements d’honoraires de l’orthodontiste ( 350€ en décembre dernier par ex) ou les voyages scolaires comme celui d’avril prochain en Angleterre. Finalement je m’en sers comme épargne de précaution pour eux. Si ils leur restent quelque chose dessus à leur majorité tant mieux mais ce n’est pas mon objectif premier.

    En parallèle j’essaie de constituer une épargne de précaution plus générale sur un LEP à mon nom.

    • Bonjour Estelle,
      C’est au choix de chacun bien sûr, mais le message que je voulais faire passer, c’était qu’il faut d’abord avoir une épargne de précaution plutôt que d’alimenter des livrets A destinés à servir dans 15 ans.
      Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faille rien mettre de côté pour ses enfants bien sûr 😉
      Merci pour votre partage d’expérience.
      A bientôt,
      Aurore

  3. Bonjour,
    je suis totalement d’accord avec vous.

    Mais c’est un choix qui est peu compréhensible pour la majorité de la population.
    Vouloir travailler moins pour voir ses enfants alors qu’on a un bon salaire, c’est juste inacceptable!

    • Bonjour David,
      Heureuse de vous revoir par ici 😉
      Oui ce sont des choix peu compréhensibles et il faut malheureusement s’habituer à se sentir un peu incompris. Mais au fil du temps les résultats apparaissent et ceux qui critiquaient ne critiquent plus. Et demandent parfois même des conseils pour faire pareil 🙂
      A bientôt,
      Aurore

  4. Salut Aurore!
    On essaye de donner le mieux à ses enfants et des fois on ne fait pas les meilleurs choix!
    Tes conseils sont très bons, d’abord la sécurité, ensuite les loisirs si on peut. C’est comme construire une maison: d’abord des fondations solides, les murs, le toit après la déco et le jardin c’est du plus!
    Par contre au lieu de mettre de l’argent pour ses enfants sur un livret A il vaut mieux le mettre sur une assurance-vie à mon avis.
    A bientôt

    • Salut Olivier !
      Merci pour ton commentaire, contente de voir qu’on partage le même avis 🙂
      Oui tu as sûrement raison pour le livre A qui n’est vraiment pas performant, mieux vaut choisir un autre support.
      A bientôt !
      Aurore

Laisser un commentaire