L’épargne de précaution : pour ne plus jamais être dans la m… !

L’épargne de précaution : pour ne plus jamais être dans la m… !

Aujourd’hui je complète cet article qui est l’un des premiers du blog. Si j’ai choisi de le faire remonter, c’est parce qu’il traite d’un sujet absolument essentiel : l’épargne de sécurité (ou épargne de précaution).

Et cet article était trop court et trop peu lu, alors qu’il est l’un des plus importants du blog.

Je vais donc vous raconter quel événement m’a fait prendre conscience de l’importance cruciale d’avoir un matelas de sécurité (financier), et comment cela change radicalement notre vie aujourd’hui. Et comment cela peut changer la vôtre aussi !





C’est un banal volet roulant cassé qui m’a fait toucher du doigt l’importance d’avoir un peu d’argent de côté pour faire face aux imprévus.

J’avais 17 ans et comme beaucoup à cet âge-là, je passais une grande partie de mon temps dans ma chambre (à créer un site internet, déjà! 😉 ).

Et voilà qu’un jour, le mécanisme du volet roulant de ma chambre se casse. Le volet restait baissé, et il n’y avait plus moyen de le faire remonter pour voir un peu la lumière du jour.

Un réparateur nous fit un devis pour le réparer, mais nous n’avions pas cette somme.

Et personne ne savait bricoler à la maison.

volet roulant fermé

Je dus trouver un petit boulot pour payer la réparation du volet, et en attendant de réunir la somme nécessaire, le volet resta baissé pendant 2 mois.

Ces 2 mois sans lumière du jour, bien sûr ce n’était pas un grand drame. Et trouver un job au pied levé, c’est toujours une bonne expérience.

Mais c’était suffisamment pénible pour me faire prendre conscience de l’importance d’avoir toujours un peu d’argent de côté pour faire face aux imprévus. A l’époque, chez nous, ce n’était pas une habitude.

Depuis ce jour, à chaque fois que j’ai gagné de l’argent, j’en ai mis une partie de côté comme épargne de précaution.

Même si ce n’était que 30 euros.

Parce que les petits ruisseaux font les grandes rivières, et que 30 euros multipliés par quelques mois, ça permet déjà de faire réparer ou remplacer une machine tombée en panne, ou de résoudre de nombreux autres soucis.

Et surtout, ça permet d’éviter de multiplier les crédits à la consommation, et de tomber dans l’engrenage du surendettement.




Comment l’épargne de précaution change notre vie ?

C’est un peu pompeux comme titre, mais sans épargne de précaution, notre vie serait très différente.

Ce qui est merveilleux, c’est qu’avec elle, on dort sur ses deux oreilles. Elle nous permet de vivre sereinement.

On sait que s’il arrive quelque chose, on pourra faire face, facilement, sans mettre le doigt dans l’engrenage des crédits.

Par exemple il y a quelques semaines, notre frigo a rendu l’âme. Ca n’a pas été un souci, parce qu’on avait la somme nécessaire de côté. Un virement,  quelques clics sur internet, et le lendemain matin on nous en livrait un nouveau.

Et encore, un frigo, c’est une assez faible somme. Il y a quelque temps j’ai eu des frais dentaires importants à réaliser.  Et on sait tous combien ça peut coûter cher et être mal remboursé. Alors quel bonheur ça a été de pouvoir les payer sans que ce soit un souci, là encore avec notre épargne de précaution.

dent

Avec l’épargne de précaution, tout roule, ce qui pourrait être un problème n’en est plus un, et elle enlève bien des soucis.

 

Comment se constituer une épargne de précaution ?

Quelques mois peuvent vous suffire à constituer votre épargne de précaution.

On dit généralement qu’elle devrait être au moins égale à trois à six mois de dépenses (il vous faut donc commencer par calculer combien vous dépensez chaque mois : faites vos comptes !). Je trouve que 3 mois c’est déjà très bien, c’est ce que je vise personnellement.

Chacun décidera du montant qui lui convient, mais il s’agit, je pense, d’une bonne indication, qui permettra de faire face à la plupart des problèmes pouvant se présenter. Vous pouvez commencer par mettre 5 ou 10% de vos revenus de côté, puis augmenter au fur et à mesure. Même 1 ou 2%, seront beaucoup mieux que rien.

L’important est de commencer, même par des sommes faibles, pour créer l’habitude d’épargner. Ensuite, ça devient un peu comme un jeu, surtout si on se fixe des objectifs. Par exemple, « à la fin de l’année, je veux avoir tant en épargne ».




Faire ses comptes et calculer son budget

Faire son budget est une étape importante pour savoir combien on peut mettre de côté chaque mois.

Je ne vous cache pas que ce n’est pas le loisir le plus exaltant qui soit, mais ça fait partie des choses qu’il faut faire si on veut pouvoir vivre sereinement. Et ce n’est pas bien compliqué, ni très long.

N’oubliez pas que lorsqu’on ne compte pas combien on dépense, on ne se rend pas compte où part l’argent. On a toujours l’impression de moins dépenser qu’en réalité. Oui, moi aussi 😉

Donc, si vous voulez épargner efficacement (c’est-à-dire plus les quelques euros qui restent à la fin du mois), il faut ab-so-lu-ment faire vos comptes.

Vous pouvez les faire sur papier, ou sur Excel, avec le tableau que je vous propose de télécharger gratuitement sur cette page. J’ai aussi créé un tutoriel pour vous apprendre à créer vous-même votre tableau Excel.

Et enfin, vous pouvez simplement imprimer ce tableau pour le remplir à la main si vous préférez une version papier.

 

Epargner au début du mois

Ensuite, je vous recommande de ne pas attendre la fin du mois pour épargner. Sinon, vous aurez déjà presque tout dépensé. Mettez plutôt de l’argent de côté dès que votre salaire arrive, au début du mois. Vous verrez que vous allez adapter vos dépenses à ce qu’il reste sur votre compte courant. Si vous laissez une trop grosse somme disponible, vous serez tenté de la dépenser.

Et bien sûr, si une dépense inattendue se profile, il suffit de faire un virement en sens inverse, car le but n’est surtout pas de finir le mois à découvert.

En utilisant cette méthode, on épargne de plus grosses sommes d’argent.

Epargnez 1378 € en 1 an avec le défi des 52 semaines 

Il existe aussi une méthode simple pour mettre un peu d’argent de côté si on a du mal : c’est le défi des 52 semaines.

Avec cette méthode, on épargne chaque semaine une somme donnée. La semaine 1, il faut épargner 1 euro. Facile ! La semaine 2, ce sera 2 euros. Et ainsi de suite, jusqu’à la semaine 52, dernière semaine de l’année. Vous aurez alors épargné au bout d’un an la somme rondelette de 1378 euros !

Si cette méthode vous tente, vous trouverez toutes les informations nécessaires dans le lien ci-dessus, ainsi qu’un tableau que vous pouvez imprimer pour savoir chaque semaine combien vous devrez mettre de côté.

 

Où placer son épargne de précaution ?

On place en principe cette épargne sur les livrets réglementés (livret A, LEP, LDD) afin de la garder disponible à tout moment, et de lui faire produire quelques intérêts pour contrer tant bien que mal l’inflation. Mais attention, on n’y touche qu’en cas de réelle nécessité, pas pour s’offrir des loisirs.

En fait, on n’a pas forcément besoin d’ouvrir un compte différent pour séparer l’épargne de précaution du reste. On peut très bien placer toute son épargne sur un même livret, et décider que tel montant représente l »épargne de précaution à laquelle on ne touchera pas. C’est ce que je fais pour ma part.

 

L’épargne de précaution est donc une mesure absolument indispensable qui devrait être une priorité dans chaque foyer. Si vous ne l’avez pas encore constituée, je vous encourage à commencer dès aujourd’hui.

Si vous faites des achats sur internet, n’oubliez pas de passer par Igraal, le site de cashback, pour récupérer un pourcentage de vos achats. En ce moment Igraal offre 10 € de bienvenue à mes nouveaux filleuls !

Ce serait dommage de passer à côté de plusieurs dizaines ou centaines d’euros par an récupérés sur les achats du quotidien.

Laisser un commentaire