50%

Courses moins chères : j’ai testé le destockage alimentaire

Aujourd’hui je vais vous parler d’une nouvelle astuce qui me permet de réduire d’au moins 30% le prix de mes courses chaque semaine : un magasin de destockage alimentaire.

Le principe : ce magasin vend à prix cassés des produits dont la date de péremption est (plus ou moins) proche.

Jusqu’ici j’étais une véritable adepte des courses au drive. C’était facile, rapide, mais mon budget courses me semblait assez élevé.

Depuis que je fais (une partie de) mes courses chez ce destockeur alimentaire, j’économise environ 50 euros par semaine sur mon budget courses, soit entre 200 et 250 euros par mois de réduction.




Et question qualité, je suis satisfaite. Et rassurez-vous, je n’achète pas de produits périmés. Je sais que certains discounters en vendent en grand nombre et que ce doit être une très bonne affaire financièrement parlant, mais je n’ai pas franchi ce cap, surtout avec de jeunes enfants.

C’est pourquoi je voulais absolument vous parler de cette nouvelle façon de faire mes courses, qui me permet donc de faire d’énormes économies. Et qui vous le permettra certainement à vous aussi.

cochon tirelire

Vous faites vos courses au drive ? N’oubliez pas de passer par Igraal pour récupérer du cashback (= de l’argent) à chaque commande.
Jusqu’au 24 novembre, Igraal offre 10 euros de bienvenue à mes filleuls en s’inscrivant ici ! + un jeu concours accessible ici pour gagner 5000 euros de chèques cadeau Fnac/Darty !

Le destockage alimentaire : comment ça marche ?

Le magasin qui pratique le destockage rachète des stocks de produits dont la date de péremption est proche (ou parfois dépassée, dans le cas des DLUO). Et il les revend à prix cassé à ses clients (nous) : -30%, -50%, ou plus !
réduction -50%
Pourquoi je trouve que c’est une bonne affaire ? Parce qu’assez souvent dans mon drive, on me servait des produits frais dont la date était elle aussi bientôt dépassée ! Tout en payant le prix fort… En effet, mon ancien drive annonce sur son site que les viandes peuvent être vendues jusqu’à un délai de 2 jours avant péremption… et pour les yaourts, c’est 6 jours avant la DLC ! Sacrément court tout de même ! Ce n’est pas toujours le cas, mais ça arrive… Et je trouve assez malhonnête de refiler aux clients des drives (qui ne peuvent pas choisir ni vérifier tous les produits sur place) des produits bientôt périmés dont personne ne voudrait en magasin, sans baisser leur prix.

Je trouve donc chez mon destockeur des produits beaucoup moins chers avec des délais assez similaires avant péremption à ceux de mon ancien drive.




Et ce qui est intéressant, c’est qu’on y trouve de grandes marques, parfois même des viandes et des oeufs Label Rouge ou bio, mais aussi des produits de marques distributeur d’Auchan, Carrefour, Leader Price, ainsi que d’autres inconnues au bataillon (mais dont le goût est, ma foi, tout à fait correct pour la plupart) 😀

Il y a tout de même de nombreux produits qui périment sous 1 ou 2 jours, ce sont d’ailleurs eux qui ont les rabais les plus intéressants. Alors comment faire ? Si on le peut : les congeler. Et se souvenir que certains produits peuvent se consommer sans souci un certain temps après la date de péremption (yaourts nature, oeufs, lait, et tous ceux à DLUO).

 

DLC, DLUO, quelle est la différence ?

Pour rappel, la DLC (« à consommer jusqu’au ») ne doit généralement pas être dépassée, surtout pour la viande. Pour certains produits, elle n’est que théorique, et plusieurs analyses ont montré qu’elle pouvait être dépassée de manière raisonnable (yaourts nature ou oeufs par exemple).

La DLUO (« à consommer de préférence avant le ») peut être dépassée sans danger pour la santé, mais le goût ou la texture de l’aliment peuvent être altérés.

Vous connaissez sûrement le test à faire pour savoir si un oeuf est toujours bon à consommer : on le plonge dans un grand volume d’eau froide. S’il coule et reste au fond, c’est qu’il est encore bon. S’il flotte, il ne faut plus le manger.



Destockeurs alimentaires : pas que de bonnes affaires

Bon, jusqu’ici je vous ai dressé un portrait très enthousiaste des destockeurs alimentaires. Mais je dois nuancer mon propos, car on trouve aussi dans ces magasins des produits plus chers qu’ailleurs. Si si !

Il faut donc avoir un minimum le sens des prix pour ne pas se faire avoir.

cochon tirelire

Avant vos courses, repérez les prix pratiqués au drive le plus proche pour les produits de votre liste de courses. Ainsi vous pourrez comparer, et ça ne vous prendra qu’une dizaine de minutes de travail.

Chez mon destockeur par exemple, les produits frais sont souvent à des prix très intéressants, c’est parfait. Mais il propose aussi d’autres produits (qui sont tous de la même marque, une sorte de marque de distributeur visiblement) à des prix nettement moins intéressants. Certainement une façon de permettre aux clients de trouver tout ce dont ils ont besoin pour leurs courses dans ce même magasin, même s’il n’y a pas à ce moment-là d’offre moins chère sur telle catégorie de produits. Et c’est peut-être aussi une façon de gagner un peu plus (c’est un commerçant, après tout).

 

Ma méthode pour réduire mon budget courses

Voilà comment je procède pour optimiser mon budget courses. J’espère que vous y trouverez de bonnes idées pour alléger vous aussi vos tickets de caisse.

Vérification des stocks et élaboration des menus de la semaine

Avant de partir, je regarde ce qu’il me reste dans le frigo, le congélateur et les placards, et j’élabore une liste de plats (ou « menus ») que je pourrai réaliser avec ces ingrédients. Je sais que pour une semaine, il me faut deux plats par jour, donc 14 plats pour la semaine (chez nous il y a toujours quelqu’un qui mange à la maison le midi). Je complète ma liste de menus de la semaine en notant quels ingrédients je vais devoir acheter, en plus de ce qui me reste.

liste de courses

Liste de courses

Je fais donc ma liste de courses à la maison avant de partir, sur la base de ces menus prévus pour la semaine (à manger dans l’ordre qui nous plaît, sinon ce n’est pas drôle 😉 ). Sans racheter ce que j’ai déjà, vous l’avez compris.

Etape 1 : le destockeur

Je commence mes courses par mon destockeur, où j’achète un maximum de produits de ma liste à un prix intéressant (-30 à -50%, voire plus !). Parfois j’adapte un peu : je prends par exemple du fromage blanc à la place des yaourts nature s’il est beaucoup moins cher.

Etape 2 : l’hypermarché

Puis je vais ensuite à l’hypermarché voisin (ou au drive !) pour acheter les produits que je n’ai pas trouvés à un prix correct chez le destockeur. Je sais par exemple que je peux trouver du bon riz basmati de marque distributeur à l’hypermarché, moins cher que chez le destockeur. Idem pour d’autres produits comme la crème fraîche.

Cette méthode a l’inconvénient de prendre plus de temps, puisqu’il faut aller dans deux magasins. Mais elle me fait réaliser de belles économies. Je pourrais d’ailleurs optimiser encore plus en regardant à l’avance les promotions de l’hypermarché, et même trouver
des coupons de réduction
valables sur certains produits. En prévoyant mes menus en fonction de ces produits moins chers, je pense qu’il serait possible de faire encore plus d’économies.

Je vais me pencher sur la question et essayer d’avoir le courage de le faire. Allez on se motive 😉

Alors, et vous, prêt à passer au destockage alimentaire pour réduire votre budget courses ?

2 réflexions au sujet de “Courses moins chères : j’ai testé le destockage alimentaire

    • Salut Nicolas,
      Wow merci ça c’est vraiment super sympa !
      Contente que cette astuce t’inspire et j’espère qu’elle aidera aussi tes lecteurs à réduire leur budget courses.
      A bientôt !
      Aurore

Laisser un commentaire