Apprenez des erreurs des autres

En observant mon entourage, j’ai appris des leçons fondamentales concernant la gestion des finances personnelles

 

 C’est là notamment que j’ai pu voir les effets du manque de prévoyance financière.

Deux personnes qui m’étaient proches m’ont montré l’exemple à ne pas suivre, et ont influencé malgré elles l’économe que je suis aujourd’hui :


 

La première gagnait très bien sa vie, mais ne gérait pas son argent.

 

Elle dépensait tout son salaire, et même plus, en vivant au dessus de ses moyens. Sa philosophie était : « J’ai bien le droit de me faire plaisir ».

Certes, il est même conseillé de se faire plaisir de temps en temps et dans la mesure de ses moyens, mais pour elle, cela signifiait qu’elle pouvait s’accorder tout ce qu’elle désirait, puisqu’elle gagnait bien sa vie.

Elle ne tenait pas ses comptes, et n’avait donc pas conscience de ses dépenses. Pire : elle avait même l’impression de se serrer la ceinture. Mais elle continuait à dépenser sans compter.

Elle utilisait en plus une carte bancaire à débit différé, ce qui l’empêchait plus encore de se rendre compte de ses dépenses.

Quand le coup de massue tombait au début du mois suivant (toutes les dépenses du mois 1 étaient débitées au début du mois 2, et ainsi de suite), elle se retrouvait automatiquement à découvert, alors que son salaire venait d’être versé.

Elle avait aussi acheté un appartement, ce qui est une bonne chose, mais elle n’avait pas pris en considération le montant des charges de copropriété.

Il s’agissait d’une résidence de standing des années 70, qui nécessitait des travaux d’entretien réguliers. Les charges étaient donc élevées, et elle ne pouvait y faire face qu’avec beaucoup de difficultés.

Enfin, elle ne voyait pas l’intérêt de se constituer une épargne de précaution, mais comptait sur les crédits à la consommation en cas de pépin, puisque son salaire lui permettait théoriquement un endettement important.

Le manque d’argent a été un souci quotidien pendant plusieurs années dans cette famille, alors que son salaire aurait dû lui permettre d’assurer un train de vie confortable pour elle et ses enfants.




La situation ne s’est pas améliorée malgré la progression de salaire de cette personne de mon entourage, car plus son salaire augmentait, plus les dépenses allaient croissant. Elle voulait avoir un train de vie en rapport avec ses fonctions, et dépenser sans compter devait en faire partie.

C’est seulement quand les enfants ont atteint la majorité qu’ils ont pu enfin trouver des jobs d’été pour payer une partie de leurs études, et utiliser la pension alimentaire versée par leur père pour pourvoir eux-mêmes à leurs besoins, et contribuer aux charges du foyer.


La seconde est tombée dans le surendettement


à cause d’accidents de la vie, et des crédits à la consommation qu’elle avait souscrits les uns après les autres.

Je l’ai vue perdre sa maison au bord de la mer pour emménager dans une tour HLM.

Loin de moi l’idée de juger cette personne qui m’est chère et qui a traversé bien des difficultés. Son exemple fait cependant partie de ceux qui ont marqué mon esprit.

escalier en colimaçon spirale sans fin


A côté de ces exemples « à ne pas suivre », j’ai eu deux bons modèles.

Le premier a toujours insisté sur l’importance de ne jamais rien acheter à crédit, sauf l’immobilier : mon père.

Le second m’a appris à tenir un budget mensuel pour gérer correctement mon argent : mon grand-père.

Ces deux conseils ont constitué une base solide pour éviter les ennuis et commencer à me constituer un patrimoine.

Les deux premiers exemples m’ont convaincue de l’importance d’avoir une épargne de sécurité pour pallier n’importe quel problème qui pourrait se présenter.




De même, je me suis toujours gardée d’acheter quoi que ce soit à crédit et ai banni de ma maison la carte bleue à débit différé (il faudra d’ailleurs que l’on m’explique l’intérêt de ce type de cartes).

Force est de constater que ce furent de bonnes résolutions qui nous ont permis d’avoir une situation financière saine, et sans lesquelles nous ne serions pas aussi sereins aujourd’hui.

Je souhaite que ces exemples puissent vous convaincre autant que moi de l’importance de gérer ses finances en « bon père de famille ».

Tirez profit des difficultés par lesquelles vous passez, ou par lesquelles d’autres passent, pour recevoir des enseignements que vous pourrez appliquer à votre vie.

5 réflexions au sujet de “Apprenez des erreurs des autres

  1. Tiens, une image semble avoir disparu.
    Juste un point sur les cartes a débit différé.
    C’est un instrument très sympa pour les rigolos comme moi qui se contentent de gérer leurs comptes une fois par mois.
    Une fois par mois, à la réception de mon salaire, je fait tout les virement vers mes différents comptes : pour la maison, pour les dépenses du mois, pour les livrets… et suite de la gestion le mois suivant!
    Simple et rapide. 🙂

    • Ah, où est-ce qu’il manque une image ? Je les vois apparaître pourtant.
      Merci pour l’explication sur les CB à débit différé. Comme quoi ça peut convenir à certains 🙂 Mais j’imagine qu’il ne faut pas être trop dépensier pour que ça fonctionne.

      • Il manque l’image « cochon-qui-rit-tirelire-rose.jpg » dans la fin du paragraphe.

        Pour la carte a débit différé, je la trouve adapté pour des dépenses assez stable.
        Donc des montants en fin de mois qui varie assez peu d’un mois sur l’autre.

  2. Une carte à débit différé a deux intérêts.

    Le premier c’est pour le banquier car elles sont plus chères que les cartes à débit immédiat… Il ne faut pas oublier qu’une banque est une structure à but lucratif elles n’agissent pas forcément dans notre intérêt…

    Pour le second intérêt (qui est un élargissement du cas indiqué par David) je vais faire une petite digression. Ton père est un homme sage mais son principe est une version un peu simplifiée du principe de l’enrichissement qui est de TOUJOURS éviter d’acheter à crédit SAUF si on peut placer à un taux supérieur que celui auquel on emprunte.
    C’est pour cela que cela fonctionne très bien avec l’immobilier (compte tenu des taux actuels) mais si on empruntait à 10 % pour une rentabilité de 5 % cela ne serait pas une bonne opération non plus.
    Symétriquement si tu es sûre de faire du + 30 % en investissant en bourse tu peux tout à fait prendre un crédit à la consommation à 15 % et tu mets 15 % dans ta poche.

    Ce principe PRIMORDIAL nous indique le second intérêt de la CB à débit différé. Celle-ci n’est ni plus ni moins qu’un crédit. Un crédit quasiment gratuit (hors surcoût de la carte, attention car certaines cartes sont adossées à un crédit revolving…)
    Il suffit alors de placer tes liquidités sur un support à court terme (le plus simple étant un compte rémunéré) pour gagner quelques euros.

    En revanche je suis 100 % d’accord avec toi ce type de carte devrait être réservé aux personnes qui gèrent correctement leur budget

Laisser un commentaire